J'ai un groupe d'amies proches, 3 exactement, que je vois tout le temps, que je connais depuis des années. Toutes les 4, nous sommes différentes mais complémentaires, c'est ce qui fait certainement qu'on s'entend si bien.

Depuis que ma moitié et moi avons décidé d'avoir un enfant (c'est-à-dire depuis presque 2 ans et demi), elles ont toutes à un moment arrêté la pilule. Puis certaines l'ont reprise, d'autres non. Et à chaque fois, j'ai eu l'impression de retenir ma respiration en attendant que l'une d'entre elles m'annonce l'inévitable. J'ai eu presque 30 mois de sursis pendant lesquels aucune de mes amies proches n'est tombée enceinte.

Et puis lundi dernier, l'une d'entre elle me propose qu'on dîne ensemble, en tête à tête, et je comprends que mon sursis vient de prendre fin. C'est celle que je connais depuis le plus longtemps (depuis la 6ème), celle d'entre nous qui a toujours crier haut et fort que les enfants, c'était pas sa priorité, celle qui aurait dû devenir mère en dernier, celle certainement dont je suis le plus proche malgré tout.

Je suis une des 1ère à qui elle le dit, c'est tout frais mais elle ne pouvait pas me le cacher plus longtemps, car elle aussi souffre de mon absence de grossesse et encore plus depuis qu'elle est enceinte. Elle trouve tout ça injuste, je vois dans son regard qu'elle ferait tout pour que je tombe enceinte aussi. Elle, elle a pleuré quand elle a fait son test de grossesse, parce qu'elle ne cherchait pas à tomber enceinte, certainement aussi parce que ça lui a fait peur. Comme moi j'ai pleurer sur mes dizaines de tests négatifs. Quelle ironie...

Depuis, chaque fois que je pense à elle, j'ai l'impression que mon coeur se compresse dans un étau, je le sens se serrer. Je suis heureuse pour elle, sincèrement, mais je suis encore plus malheureuse pour moi, car sa grossesse me renvoie à mes échecs. Je l'envie tellement. Je la regarde et je vois ce que j'aurais voulu vivre.

Heureusement, mon nouveau boulot me rempli la tête une bonne partie de la journée. Et mon homme prend le relais le soir et fait en sorte que je finisse par rire aux éclats. Mais le reste du temps, c'est elle qui hante mes pensées et qui me fait souffrir. Et je me demande si cette situation dans mon coeur sera définitive envers elle ou si le temps arrivera à changer les choses.

Elle, elle va fêter ses 30 ans enceinte, moi je vais les fêter le ventre, au mieux, rempli de Menopur.

158140429