Ce titre n'a aucun sens mais passons...

Dans de nombreux récits de PMettes on peut lire qu'essayer de faire un enfant avec l'aide de la médecine vous fait vivre tout un tas d'émotions, et que parfois même des émotions très contradictoires se succèdent rapidement usant ainsi votre cerveau et votre petit corps. Pour essayer de faire clair : vous pouvez passer de l'espoir absolu au désespoir total dans la même journée (et des fois ça tient juste à un chat noir qui est passé devant vous dans la rue et qui vous persuade que votre FIV va foirer à cause de ça! La recherche des signes, c'est le mal!!!).

Bien alors je ne sais pas pour les autres, mais pour moi : ce joyeux bordel n'a pas stoppé après mon test de grossesse positif. Alors il faudrait que je commence par arrêter de traîner sur les forums de grossesse (déjà parce que, c'est affolant la proportion de français qui ne savent pas aligner 3 mots sans faire 15 fautes), mais aussi parce qu'à chaque fois que je tombe sur "j'ai fait ma dernière FC à 6SG" : je transpire. 

Et oui, ma grossesse, elle est tellement récente moi que je compte encore en DPO (je suis à 27DPO), mais surtout à chaque fois que je tente de me raisonner en me disant que le risque de FC s'éloigne, ce genre de lecture me rappelle que j'atteindrai péniblement mes 4SG lundi et donc que RIEN n'est gagné.

D'ailleurs, je m'auto-impressione de la vitesse à laquelle je change d'avis. Exemple : cette semaine, je suis partie 48h en Allemagne en avion. La peur a surgit une fois dans l'avion quand je me suis demandée si c'était vraiment une brillante idée de prendre l'avion enceinte de 3 semaines. J'étais persuadée que les vibrations allaient me faire avorter. Résultat, arrivée à destination : des petites pertes marrons sur le protège slip. Ça y est, j'étais en train de perdre mon précieux! Finalement, pas de douleur, pas d'autres pertes, même au retour. Et là une autre idée a germé : bon puisqu'il a résister à ça, c'est bon, c'est un warrior, maintenant il tiendra.

Et puis ce matin, je suis persuadée finalement que mes seins n'ont pas bougé (oui je fais une fixette sur mes roploplos!), ils ne font toujours pas mal (bordayl, bordayl, bordayl!!!) alors que mon calendrier sur Mamanandco (ne me jugez pas, pitié) m'indique que c'est le moment où je devrais prendre une taille de soutif.

Bref mon écho approche à grands pas (mercredi) et je saurais si je descend du train ou si je reste encore un peu dans les montagnes russes.