Il ne s'agit pas de parler ici de symptômes post-ovulation, certes ô combien stressant lorsqu'on ne tombe pas enceinte entre C1 et C5, mais plutôt d'un ressenti de ma part.

D'après mes lectures sur les différents blogs traitant d'AMP, nous ne développons pas tous(tes) ce symptôme. De quoi je veux parler? De cette volonté d'avoir "plein" d'enfants.

Bien sûr, le puits sans fond qui s'était creusé dans mon coeur depuis la découverte de notre infertilité a plus qu'été comblé à la naissance de mon fils et pourtant...

Tout ce que m'apporte mon enfant depuis sa naissance (les trucs géniaux, comme les nuits bien pourries), je voudrais le multiplier. J'essaye tant bien que mal de m'auto-analyser, de comprendre pourquoi. Après tout, on ne fait pas des enfants uniquement pour combler un manque (enfin je crois... finalement y a plein de bonnes raisons de faire des enfants, est-ce que c'en est une mauvaise?).

Je me dis que c'est peut-être une réaction de salaud de mon cerveau qui sait pertinemment qu'en ayant mon 1er enfant à 31 ans et étant donné notre fertilité proche de celle des pandas, il est impossible que nous ayons "plein" d'enfants. Alors parce que c'est cool de désirer ce qui est inaccessible, il me torture avec cette idée.

Je l'appelle le symptôme de l'AMP car il y a 4 ans, si vous m'aviez demandé combien je voulais d'enfants, j'aurais répondu 2.

Ce n'est pas un désir viscéral comme je pouvais avoir avant de tomber enceinte; je ne suis pas en mode psychopathe qui calcule ses cycles et repère son ovulation. Je ne cherche pas à tomber enceinte. Mais je pense à avoir d'autres enfants tous les jours. Je me demande si cette chance me sera encore donnée et si oui quand. Rapidement? En tout cas, c'est ce que je semble souhaiter.

  Source Internet

Ilustration parfaitement horrible